CIRMATH – Autour de la base de données des journaux mathématiques – Nancy – 03-04/11/2015

Colloque Cirmath

Autour de la base de données des journaux mathématiques

Salle internationale de la MSH Lorraine

91 avenue de la Libération

Nancy
Mardi 3 novembre
9h15-9h45                                            Accueil
9h45-11h45          Qu’est-ce qu’un journal mathématique ?
9h45-10h05                Jean Delcourt
Des journaux de lycéens aux journaux pour lycéens (1870-1900)

Dans les années 1860-1870, divers « journaux de lycéens » paraissent à Montpellier, Lyon, Paris… Ils ont pour particularité d’être écrits par des lycéens (de mathématiques spéciales ou de mathématiques élémentaires) et destinés à des lycéens. Nous analyserons rapidement ces journaux éphémères et nous efforcerons d’expliquer leur apparition, de justifier leur disparition et comment ils seront remplacés par des journaux de professeurs, s’appuyant sur des maisons d’éditions, à partir de la fin des années 1870.

Présentation

10h05-10h25              Erika Luciano
Sur une question de pertinence concernant
la base de données des journaux mathématiques

Plusieurs historiens des livres ne comprennent pas parmi les journaux, les mémoires académiques. Cependant, au cours du XIXème et jusqu’au la deuxième guerre mondiale, les mathématiciens italiens ne semblent pas conscients d’une spécificité des journaux, par rapport aux volumes des Mémoires académiques, ni en termes des effets scientifiques et sociaux, ni en termes de leurs pratiques de publication. Dans cet exposé, on s’interrogera sur la pertinence de compter parmi les journaux qui sont étudiés dans le cadre du projet Cirmath, certaines collections de Mémoires académiques publiées en Italie ou par des mathématiciens italiens exilés dans l’Amérique du Sud, entre la fin du XIXème et 1945.

Présentation

 10h25-10h45           Sloan Despeaux and Caroline Ehrhardt
Journals for mathematics teachers and students
in Britain and France (1870-1914): a comparative approach

From a brief overview of the journals utilized by mathematics teachers and students in Britain and France, from the 1870s to 1914, we will shed light onto how these journals adapted their contents to their public, and show that they contributed to the construction of a particular mathematical culture. Lastly, we will consider the international dimension of these locally-produced journals.

Présentation

10h45-11h45            Discussion

12h-13h      Présentation de la structure de la base. Démonstration des écrans de saisie.
14h 30-15h 30                             Conférence
                                 Claire Gantet
Les périodiques savants germanophones et leur possible exploitation.
La base de données de l’Académie des sciences et lettres de Göttingen

Dans la seconde moitié du XVIIe siècle se dégage un nouveau modèle de discussion savante. La critique prend désormais forme. Liée au besoin d’actualité, de disponibilité et de périodicité, elle donne naissance au genre du périodique savant. En raison de la structure polycentriste du Saint-Empire et de l’éclatement universitaire qui en découle, le genre du périodique savant y connait un succès sans équivalent. Plus de 1000 journaux savants peuvent être répertoriés, qu’ils soient de courte durée ou pérennes, universaux ou spécialisés.

La base données de l’Académie des sciences et lettres de Göttingen sur les journaux savants de l’époque des Lumières entend mettre à disposition 65 de ces périodiques (http://www.gelehrte-journale.de/startseite/). Elle livre une analyse de chacun des articles, traités au moyen de liens hypertextes et de mots-clés, et dont l’interrogation en plein texte est possible. Pour s’intégrer dans le réseau scientifique existant, le choix a été fait de l’emploi du logiciel WinIWB du réseau collectif des bibliothèque allemandes, aménagé aux fins du projet, qui garantit de plus un archivage à long terme et un contrôle du vocabulaire. Une première analyse statistique est instantanée, des exploitations visuelles sont en cours d’exploration, que l’exposé présentera.

Présentation

16h-18h                              Journaux d’ingénieurs
16h-16h20                Rogério Monteiro
Les mathématiques dans les journaux brésiliens d’ingénieurs
de la Première République (1889-1930).

Les statistiques relatives à la population des ingénieurs à Rio montrent une augmentation significative de ce groupe social au cours de la Première République. Au-delà de cette augmentation, nous observons l’apparition de nouvelles écoles de génies et de nombreux journaux dédiés aux ingénieurs. Dans cette communication, nous présenterons les principaux journaux de cette période en proposant une typologie. Par ailleurs, à partir de cette typologie, nous nous demanderons si la place dédiée aux mathématiques est un facteur pertinent pour certains de ces journaux pour se démarquer.

Présentation

16h20-16h40            Nathalie Daval
La circulation de la nomographie dans les journaux de la période 1890-1930.

Dans les archives de Maurice d’Ocagne conservées à l’ENPC, on trouve une collection d’environ 400 articles sur la nomographie, représentative de qui a été publié sur ce thème pendant la période 1890-1930. Ces articles sont extraits de plus d’une centaine de périodiques différents : des journaux de mathématiques, mais aussi beaucoup de journaux d’ingénieurs et d’autres professions. Je présenterai quelques éléments statistiques sur ce fonds d’articles : typologie des journaux ; dates, lieux et langues de publication ; caractéristiques des auteurs et des publics visés, niveau et nature des mathématiques rencontrées. À partir de cette étude de cas, on pourra s’interroger sur les critères à adopter pour établir la liste des journaux d’ingénieurs et autres journaux professionnels qu’il serait pertinent d’inclure dans la base de données de Cirmath.

Présentation – Notes

16h40-17h                Yolima Álvarez, Bertrand Eychenne, Asdrúbal Moreno
The Anales de Ingeniería in Bogota.

The aim of this presentation is to introduce the Anales de Ingeniería, a journal published at the end of the 19th Century in Bogotá Colombia. We will take the first issue as an example and at the end we will show a draft of the database of the articles published in the Anales during the first seven years.

The Sociedad Colombiana de Ingenieros (SCI) was created in Bogotá in 1887. In August of the same year was published the first issue of Anales de Ingeniería, divided into five sections: Editorial, Acts of the Society, Collaboration, Inserts and Acts of the Government with a total of fifteen articles written by four authors, all of them members of the SCI. The Anales became the main medium of diffusion for technical and scientific purpose dedicated to Colombian Engineers.

The first volume of the Anales starts in August 1887 and finishes in July 1888 with twelve numbers, one per month, each issue had 32 pages, compiled at the end in a volume of 384 pages. The following six volumes had the same structure but it included sometimes other sections: Partners work, Varieties, Receptions and Clarifications with an average of five sections in total. In 1895 the publication of the Anales was interrupted due a civil war that took place during the first months of this year. The 8th volume starts with two numbers: 85 and 86 from September to October 1895.

The content of the Journal was composed by technical information for Engineers that was not the result of an investigation. In particular, Mathematics took a main role as a basic knowledge for Engineering. The first seven volumes included the following topics: Railroads, Curricula for Engineering Studies, Legal and Municipal Engineering, Architecture, Electrical Industrie, Geology, Mineralogy and Mining Engineering, Geography, Mechanics and Machinery, Survey, Hydraulic Topography, Roads, Dirt Roads, River navigation, Altimetry, Construction of bridges, Meteorology and Climatology in Colombia. Also, Pure Mathematics, Astronomy, Geodesy and Technics for Engineering.

In the first volume we have found nine Mathematics works, and in the first seven volumes a total of 31. For instance, we have found as Mathematics studies: Euclides’ Axiom, Theorem to find the area of a quadrilateral, divisibility criteria, Basic Course of Higher Mathematics, Direct Proof of Laplace’s Theorem, Basic Introduction to Quaternions. The last one is the most important topic for Matematics published into Anales in that period of time.

Présentation

17h-18h                    Discussion
Mercredi 4 novembre
9h-12h                       Démonstration et expérimentation de la plate-forme et des outils de saisie.

 

13h30 – 14h30                                     Conférence
                                 Patrick Latour
       Journaux de mathématiques en bibliothèque : pour une analyse fonctionnelle.

Les périodiques occupent depuis leur apparition une place particulière dans les bibliothèques. Leur traitement, matériel ou intellectuel, et parfois leur définition même posent au bibliothécaire des questions multiples dont les réponses ont évolué dans le temps. A fortiori lorsqu’il entend les aborder non plus comme un ensemble cohérent mais dans une logique disciplinaire. Que dit, du 18e siècle à aujourd’hui, le bibliothécaire des journaux mathématiques ? Et corollaire de cette interrogation, que dit le traitement des journaux mathématiques du bibliothécaire ou des bibliothèques ?.. En répondant à ces questions, peut-être sera-t-il possible de penser la bibliothèque non plus seulement comme pourvoyeuse de sources déjà identifiées mais bien comme outil de la recherche même.

Présentation

14h45 – 17h                Les lieux des journaux mathématiques
14h45-15h05                Pauline Lebret
Publier des journaux mathématiques en Belgique : Gand, Bruxelles… et Paris.

Entre 1825 et 1881, trois journaux mathématiques belges sont créés, chacun se réclamant héritier du précédent: la Correspondance mathématique et Physique de Quételet (1825), la Nouvelle Correspondance Mathématique de Catalan et Mansion (1874) et enfin Mathesis fondée par Neuberg et Mansion en 1881. Si les deux premières entreprises se soldent par l’arrêt de la publication, le journal Mathesis perdure. Nous proposons d’analyser l’évolution des entreprises éditoriales qui portent ces trois projets, en particulier les changements des éditeurs (d’abord exclusivement belges, puis belge et français) et des institutions liées à ces journaux.

Présentation

15h05-15h25           Rossana Tazzioli
Les Rendiconti de Guccia (1887-1914).

Giovan Battista Guccia a fondé le Circolo Matematico de Palerme en 1884 et quelques années après est paru le premier volume des Rendiconti del Circolo. Dans cet exposé nous illustrons les premières années de cette nouvelle publication et proposons quelques pistes pour expliquer les stratégies qui ont permis aux Rendiconti d’être bientôt reconnus comme un des plus importants journaux de mathématiques.

Présentation

15h25-15h45               Maria Rosaria Enea
The Neapolitan Case.

The Neapolitan mathematics publishing in the eighteenth century was very prosperous. There were many translations of foreign books, especially French, edited by Neapolitans professors, which had a large number of reprinting.

In the early nineteenth century these translations were followed by a large production of manuals, which were re-elaborated versions of more complex theories for educational aims. These texts, known and appreciated even outside Naples, were adopted also in other universities.

Although there were pamphlets more directly linked to research, the most important means of communication and circulation of new scientific research were the « Atti » and « Rendiconti » of the Academies of Sciences, the publication of which was still tied the political vicissitudes of the Kingdom.

The birth in Naples, during the French decade (1805-1816) of important institutions such as the Royal Society for the Encouragement of Natural Sciences, the Astronomical Observatory, the School of Application of bridges and roads, but also the technical and naval Secondary Schools , allowed the development of a major publishing activity related to the periodical press. Beside academics, came an intellectual technical-scientific class (architects, doctors, engineers, teachers) that manifested the need of an update in their professional field.

The editors of these journals, often renouncing to any form of originality, took the most important news in the scientific and literary field from the best foreign and national journals. Of course, large space was also given to the research carried out in the Kingdom of Naples. In the scientific field, the main idea was to spread the knowledge that could boost the industry, agriculture and trade.

The political vicissitudes, in particular the second Restoration and the strong reaction of the Bourbons to the subsequent revolts (1820-21 and 1848), profoundly influenced science, scientists and scientific publishing of this period: it is not a coincidence that many journals were short-lived.

We must wait until the unification of Italy, in 1860, to have a more specialized journals: these journals were linked to University, Associations but also to Secondary Schools.

The goal of this communication is to report the first results of a research that aims, in the Cirmath spirit, to identify among the many journals published in Naples, those which were instruments of transmission of mathematical knowledge.

PrésentationNotes

15h45-16h05            Marion Cousin
Le Journal de la Société mathématique de Tōkyō et la terminologie mathématique japonaise de l’ère Meiji (1868-1912).

Durant l’ère Meiji, afin d’occuper une position forte dans le concert des nations, le gouvernement japonais engage le pays dans un mouvement de modernisation. Les mathématiques occidentales sont alors intégrées dans l’éducation et, dans la communauté des mathématiciens, des discussions sur les nouvelles connaissances à importer s’engagent entre ceux formés aux mathématiques traditionnelles japonaises (wasan 和算) et ceux formés aux mathématiques occidentales. C’est dans ce contexte que se forme la Société mathématique de Tōkyō (Tōkyō sūgaku kaisha 東京数学会社). Dans cette présentation, nous nous intéresserons au journal de cette société, et en particulier aux articles qui concernent la mise en place de la nouvelle terminologie mathématique japonaise.

Présentation

16h05-17h                    Discussion

 

 

Présentation du colloque

Le projet de recherche sur la circulation des mathématiques dans et par les journaux : histoires, territoires et publics (Cirmath[1]) a été retenu en 2014 par l’ANR. Il réunit un groupe international (France, Allemagne, Italie, Grande Bretagne, Espagne, Portugal, Suisse, Etats-Unis, Brésil…) de chercheurs en histoire des mathématiques.

Le colloque « Circulations mathématiques dans et par les journaux : histoire, territoires et publics – Autour de la base de données des journaux mathématiques » s’inscrit dans le cadre de ce projet et en constituera le premier colloque. En tant que tel, son objectif serait d’affiner avec une grande partie des chercheurs du projet le corpus de journaux que nous visons, de présenter la structure de la base de données générale des journaux mathématiques, d’en illustrer les fonctionnalités à partir d’une base-test (réalisée à partir des revues dépouillées dans le répertoire bibliographique mathématique[2]) de proposer et discuter le flux de production (workflow) et de faire le point des études partielles déjà réalisées.

Le premier colloque de Cirmath – Nancy 2015

L’objectif du projet Cirmath est d’étudier sur le temps long (fin du 17e-20e siècles) une histoire des circulations mathématiques en choisissant les journaux comme principal vecteur. Il s’agit dans un premier temps de circonscrire le corpus des journaux mathématiques (au sens de « comportant une rubrique plus ou moins régulière spécifiquement consacrée au mathématique »), puis de l’organiser en une base de données à partir de laquelle seront produits une typologie de la présence de mathématiques dans les journaux, des résultats statistiques et des cartes géographiques des principaux centres éditoriaux. Ces données générales, statistiques et cartographiques seront interrogées à partir d’études de cas concernant d’une part la circulation des contenus mathématiques et des formes éditoriales (questions/réponses, article…), et d’autres part les centres éditoriaux et les différents publics des journaux.

Le corpus est essentiellement construit à partir des normes produites par et à travers les outils bibliographiques conçus par les mathématiciens professionnels du 19e siècle, c’est-à-dire des répertoires ou des catalogues établis par des mathématiciens à destination des mathématiciens. Une première version d’un corpus de référence est construite à partir d’une utilisation critique des répertoires de journaux pour le 18e siècle, des catalogues bibliographiques usuels du 19e siècle (Répertoire bibliographiques des sciences mathématiques, Jahrbuch, Führer durch die mathematische Literatur mit besonderer Berücksichtigung der historisch wichtigen Schriften de Felix Müller, Poggendorff, Catalogue of scientific papers…) sans oublier les bulletins bibliographiques que certaines revues proposent régulièrement. Des travaux récents sur ces répertoires montrent que ce corpus ainsi constitué est légitime d’un point de vue historique puisqu’il réunit les périodiques auxquels les acteurs mathématiciens eux-mêmes se référaient. Ce corpus est aussi adapté à notre objectif d’étudier les circulations dans leur diversité puisqu’il dépasse de manière conséquente le cadre des journaux mathématiques spécialisés.

Cependant, les premières tentatives d’établir à partir de ces outils des descriptions d’offres éditoriales à des moments bien précis nous ont convaincus qu’il est nécessaire de le compléter car un certain nombre de revues restent invisibles en ne reprenant que les seuls outils des acteurs de la sphère des mathématiciens professionnels. Aussi, nous compléterons le corpus en consultant les revues professionnelles d’ingénieurs et d’enseignants qui comportent souvent des rubriques bibliographiques, les outils de bibliographie de l’époque (comme la bibliographie nationale française ou les catalogues des grandes bibliothèques) et contemporains (Les sources du travail bibliographique de Louise-Noëlle Malcles) sans négliger les bibliographies actuellement constituées par les historiens des mathématiques et des historiens des sciences et des techniques. Il conviendra aussi de recenser les journaux qui ont une durée de vie trop brève pour figurer dans les répertoires et les nombreuses revues locales qui y échappent de la même façon. Enfin, il sera nécessaire de tester la fiabilité de ce corpus par des coupes longitudinales et transversales (étude d’offres éditoriales à un moment et dans un lieu donné, études diachroniques de circulation d’un problème ou d’une question, stratégies d’auteurs. Le colloque « Cirmath – Autour de la base de données des journaux mathématiques » a pour premier objectif de réunir, de confronter ces dernières études et recensements afin d’obtenir une vision synthétique du corpus des journaux mathématiques.

 

Le second objectif du colloque « Cirmath – Autour de la base de données des journaux mathématiques » est de présenter à l’équipe de chercheurs du projet la structure de la base, la solution WEB qui a été choisie et l’organisation du flux de production. Le colloque est aussi conçu comme un moment de mise en commun des études de cas déjà réalisées. Un appel à contribution circule au sein du groupe des chercheurs impliqués ou proches du projet.

Le colloque réunira les participants au projet mais aussi des spécialistes de l’histoire de la presse et de la vie intellectuelle.

Organisateurs : Philippe Nabonnand – Hélène Gispert – Jeanne Peiffer

 

3 réflexions au sujet de « CIRMATH – Autour de la base de données des journaux mathématiques – Nancy – 03-04/11/2015 »

  1. Moi je coincide avec Jenneke.
    Il y a des conférences très intéressantes à lesquelles j’aurai voulu assister.
    Peut-être que la prochaine fois j’ai le temps…

  2. C’est dommage que je ne peux pas participer. Je vous souhaite une bonne conférence.
    Bien amicalement
    Jenneke Krüger

    1. Chère Jenneke

      En effet, c’est très dommage que vous n’ayez pu vous libérer.
      Merci de vos voeux.
      Bien cordialement en souhaitant que la prochaine fois, les agendas soient plus favorables.
      Philippe Nabonnand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *