Séminaire Cirmath – Les journaux mathématiques au 20e siècle

6 février – Institut Henri Poincaré

Programme

10h-11h – Karen Parshall  (University of Virginia)

American Mathematical Publication between the two World Wars : Mirror of an Evolving National Research Community

2017-02-06 – Séminaire Cirmath – Karen Parshall

11h-12h – Jean-Yves Mollier (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

L’édition scolaire en France  XIXe et XXe siècles

13h30-15h30  –  Jenny Boucard, Frédéric Brechenmacher, Nathalie Duval, Renaud d’Enfert, Hélène Gispert,  Erika Luciano,   Philippe Nabonnand, Karen Parshall, Rossana Tazzioli

Quelques études de cas  – Table ronde sur les journaux XXe siècle autour de deux questions :
1/ Y a t-il des spécificités pour les journaux mathématiques au 20e siècle ?

2/ Rôle  de la première guerre mondiale dans la vie de ces journaux ?

2017-02-06 – Séminaire Cirmath – Jenny Boucard

2017-02-06 – Séminaire Cirmath – Frédéric Brechenmacher

2017-02-06-seminaire-cirmath-renaud-denfert

2017-02-06 – Séminaire Cirmath – Erika Luciano2

2017-02-06-seminaire-cirmath-philippe-nabonnand

2017-02-06 – Séminaire Cirmath – Karen Hunger Parshall (2)

2017-02-06 – Séminaire Cirmath – Rossana Tazzioli

 

15h30-16h30 – Jules-Henri Greber

Les journaux mathématiques du 20e siècle dans la base

2017-02-06-seminaire-cirmath-jules-henri-greber

Compte rendu de la discussion (Hélène Gispert)

 

Table ronde autour des deux questions : y a t-il des caractéristiques spécifiques au  XXe pour « nos » journaux ? Quels sont les éventuels effets de la première guerre mondiale?Des présentations brèves 1/ de Nathalie Daval et Hélène Gispert sur des sous ensembles du corpus ; 2/ de Rossana Tazzioli, Erika Luciano, Jenny Boucard, Renaud d’Enfert, Frédéric Brechenmacher, Karen Parshall sur des journaux particuliers.

La première des deux questions a provoqué évidemment le problème de toute périodisation : Quand commence le XXe ? Que signifie t-il pour nous ? A quelles dynamiques « internes » (Mollier) du domaine correspond t-il?

Discussion donc sur les différentes dimensions de cet « interne » qu’a évoqué Jean-Yves Mollier, d’ordre mathématique, intellectuel, institutionnel, économique, politique etc

Un travail à faire pour comprendre et connaître ces différentes dimensions et leur répercussion sur le monde mathématique éditorial, (cf. l’exposé de Karen Parshall le matin pour les USA très éclairant).

D’où besoin d’un travail de Cirmath sur cette période jusqu’en 1940 et pas seulement les deux premières décennies du XXe siècle.

Il y a manifestement des contextes nouveaux qui apparaissent comme ayant des effets d’ores et déjà dans plusieurs des cas traités – même si pas dans d’autres (Journal de Jordan, journaux académiques siciliens), ce qui est intéressant! Il y a donc celui de Karen Parshall, en plus de son exposé, la création de son journal Duke MJ, qu’elle présente comme relevant du nouveau contexte de l’après guerre, ou de Erika Luciano (Conti) et l’évolution avec  l’avènement du fascisme.

Les cas français, le Journal de Jordan (Frédéric Brechenmacher) et la Revue de l’enseignement mathématique (Renaud d’Enfert) , sont étudiés uniquement jusqu’en 1920.

La permanence des caractéristiques du Journal de Jordan toute la période 1885-1922 est très intéressante quand on pense  à combien les NAM ont évolué sur cette même période.

Les effets de la guerre apparaissent comme très différentiés, non seulement en fonction des pays mais en fonction des journaux, des types de journaux,  dans un pays donné (cf l’Italie, Erika versus Rossana)

Question liée à la guerre : Les créations d’après guerre, puisqu’il y en a, sont elles éditorialement différentes de celles d’avant guerre ?

Un contre-exemple présenté par  Karen Parshall , le  Duke Mathematical Journal..

Question des journaux édités par l’université de Strasbourg? Les premières presses universitaires sur le modèle américain, avant les PUF, étaient à Strasbourg.

La question d’un modèle économique de presse dépassé après guerre avec le phénomène global de disparition des revues avec la guerre? J.-Y. Mollier pense que cela ne devrait pas toucher notre niche de presse spécialiste, cela relèverait plus de la presse généraliste.

J. Y. Mollier suggère qu’un élément intéressant à ajouter dans notre base  serait le prix d’un  journal et ses variations. Il  suggère aussi une journée Cirmath dans une bibliothèque (IHP?) et faire sortir les exemplaires des journaux …

Enfin pour les deux sous ensembles de journaux, ceux de la bibliographie de l’Enseignement mathématique (Hélène Gispert)  et ceux où est publié de la nomographie (Nathalie Daval), on est revenu sur certaines critiques méthodologiques. Il faut comprendre ces deux corpus comme des études de cas singulier, au même titre qu’une étude d’un journal particulier. Il n’est d’aucune façon question de représentativité de ces sous ensembles par rapport à la base; ils sont étudiés pour ce qu’ils sont, à leur échelle, et renvoient une image « locale » qui est éclairante en soi et qu’il ne faut pas tordre.