Le projet

À l’heure où les formes de communication en mathématiques sont profondément bouleversées et imposent une restructuration de ce système tel qu’il s’était développé depuis la fin du 17e siècle, il est éclairant d’analyser à des échelles variées les différents modes de circulation qui ont opéré jusqu’à la fin  du 20e siècle.

L’objectif du projet Cirmath est d’étudier sur le temps long et dans des aires géographiques diversifiées, réunissant les principaux pays dans lesquels on peut repérer une activité mathématique significative, la circulation des mathématiques dans et entre différents territoires, mais aussi dans et entre divers milieux (académiques, enseignants, ingénieurs, militaires, amateurs…).

Les principales sources de ce projet d’histoire des mathématiques sont les périodiques mathématiques entendus dans un sens large, incluant tant les journaux spécialisés en mathématiques que des revues publiant régulièrement des mathématiques. Afin de structurer cet ensemble de sources en un corpus, le projet Cirmath constituera une base de données des journaux mathématiques (1700-1950), à partir de laquelle seront produits des résultats statistiques et des cartes géographiques des principaux centres éditoriaux .

La notion de centre éditorial sera au cœur de notre analyse puisqu’elle permet à la fois de rendre compte de la production matérielle des périodiques (imprimeurs, libraires, éditeurs) et des contextes scientifiques et académiques (lieux d’enseignements, sociétés savantes et professionnelles, milieux intéressés par des mathématiques…). Des études de cas seront consacrées à des centres éditoriaux choisis à partir de l’analyse des cartes et à des échelles différentes (locales, régionales, nationales, internationales).

On s’attachera aussi à étudier la circulation de sujets mathématiques par les journaux au sein de et entre les communautés et les disciplines (reprises, traductions, appropriation, etc.) (tâche 3). Seront également abordées les questions concernant les rapports entre les journaux et leurs publics, notamment pour la catégorie des journaux spécialisés en mathématiques ou ayant «mathématiques» dans leur titre, mais aussi pour celle des journaux destinés à des publics d’utilisateurs comme les ingénieurs, les militaires et les enseignants.

Enfin, des études centrées sur les différentes formes éditoriales, la structure des journaux, leurs rubriques, la typographie, les publicités, la bibliographie, les index… rendront compte de ce qu’un journal mathématique est aussi un objet matériel inscrit dans le champ de l’édition (tâche 5).

Une telle recherche a pour trame de fond la compréhension du rôle social des mathématiques, sur le temps long et dans une approche comparative entre différentes aires géographiques. De ce point de vue, notre projet vise à analyser dans leur complexité les processus d’acculturation et d’appropriation des mathématiques par différents publics, avec une attention particulière pour les questions d’enseignement. Une telle approche historique prend un relief singulier à une époque où le rôle des mathématiques dans l’enseignement est remis en cause et où des publics de plus en plus larges expriment des réticences et des doutes par rapport à l’utilité d’une formation et d’une culture mathématiques et scientifiques.

Par ailleurs, en nous focalisant sur les formes de circulation, de communication, de diffusion, d’échanges et d’acculturation entre divers publics (professionnels, utilisateurs, amateurs, enseignants, étudiants) des mathématiques sur une longue période, nous serons amenés à prendre en compte et à approfondir les questions de co-construction de savoirs dans un cadre social large avec des chronologies amples et diversifiées géographiquement.

Pour plus de détails, le projet scientifique de Cirmath : 2014 – 09 – Projet scientifique CIRMATH

Une présentation rapide de Cirmath en anglais : Abstract_Cirmath

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *