Compte rendu de la réunion du 10/06/2015

Compte-rendu de la troisième réunion du projet Cirmath
Réunion consacrée à la structure de la base et au travail de saisie.

Mercredi 10 juin 2015/10h-16h 30/IHP

Présents : Liliane Alfonsi (LA), Tom Archibald (TA), Jenny Boucart (JB), Maarten Bullynck (MB), Pierre Couchet (PC), Barnabé Croizat (BC), Jean Delcourt (JD), Sanson Duran (SD), Renaud d’Enfert (RE), Caroline Ehrhardt (CE), Hélène Gispert (HG), Jules-Henri Greber (JHG), Thomas Morel (TM), Philippe Nabonnand (PN), Jeanne Peiffer, Martina Schiavon (MS), Rossana Tazzioli (RT), Norbert Verdier (NV).

De nombreux participants au projet (non-présents) ont envoyé un courrier.

Points d’information :
  • Les éditeurs rappellent la parution du numéro de Philosophia Scientiae consacré à des études de cas d’échanges mathématiques.
  • Renaud d’Enfert nous informe que Yolima Alvarez Polo, Bertrand Eychenne et Asdrubal Moreno dépouille une revue d’ingénieurs publiée à la fin du 19e en Colombie. Les questions qu’ils se posent sont emblématiques des difficultés que l’on rencontre lorsque l’on envisage une base de données décrivant une revue. (Voir annexe n°1).
  • Rossana Tazzioli nous informe que le directeur du Circolo Matematico de Palermo, Pasquale Vetro, et deux chercheuses Nicla Palladino et Alessandre Vaccaro ont accepté l’invitation de rejoindre le projet Cirmath.
  • L’appel à candidature pour le post-doc a été publié sur les listes Theuth et Athena. (Voir annexe n°2)
Des retours sur expérience de bases de données

La matinée a été réservée à la présentation d’expériences de projets ayant donné lieu à la constitution de bases de données :

Samson Duran                     Des géométries étatsuniennes à partir de l’étude de l’American Mathematical Society (1888-1920) : Présentation d’une base d’articles des périodiques de l’AMS entre 1891 et 1920

Tom Archibald                     Comment faire une base de données inutile : à la recherche du temps perdu

Philippe Nabonnand         La base de données des auteurs des Nouvelles annales de mathématiques

La structure de la base de données des journaux mathématiques

Les recherches du projet Cirmath s’appuient sur la constitution d’une base de données des journaux mathématiques. Pour cela, les répertoires de journaux du 18e siècle, les répertoires bibliographiques des 19e et 20e siècles, les revues bibliographiques constitueront les premières sources à partir desquelles sera défini un premier corpus qui sera complété en consultant les revues professionnelles d’ingénieurs et d’enseignants, les outils bibliographiques généraux de l’époque ainsi que ceux établis par les historiens des sciences mathématiques, de l’enseignement des mathématiques et ceux de la presse. À partir de la base, une approche statistique et cartographique du corpus permettra de produire une typologie des centres éditoriaux qui tiendra compte non seulement de paramètres quantitatifs, statistiques et qualitatifs, mais aussi des formes éditoriales, des rédacteurs, des publics et des contenus, ainsi que de leur rayonnement. (Voir en annexe 3, la présentation de la base dans le projet général).

La première partie de l’après-midi a été consacrée à la présentation et à la discussion autour de la structure de la base de données des journaux mathématiques (voir le schéma ci-dessous]) ; le souci est d’avoir une base qui permette de réunir l’ensemble du corpus assez flou visé par Cirmath (pour mémoire, les journaux publiant une rubrique « régulière » consacrée aux sciences mathématiques en sachant que les termes « rubrique », « régulier » ne sont guère précis. L’idée est de ne pas rater les journaux qui à un moment ou un autre, pour une raison ou une autre sont les journaux d’une communauté.) en respectant un équilibre entre « intérêt de la base » et « investissement de temps et de travail pour la saisie ».

2015-06-10 – Modèle Base de données -Ciramth – Sanson Duran

Les diverses catégories (items) sont

  • Nom du journal –Date de début-Date de fin + URL

Commentaires : chaque changement (même minime) du nom implique un nouvel item. URL ici signifie « une adresse à laquelle le journal est disponible en ligne ». Ces items sont organisés par des relations « suit »/« précède ».

  • Langue(s)
  • Périodicité(s)
  • Statut: journal généraliste, spécialisé, scientifique, technique…
  • Rédacteurs – Date de début-Date de fin

Commentaires : Le cas échéant, une chronologie du journal pourra être établie à partir de la liste des rédacteurs (en chef).

  • Publics (Professionnel, Enseignants, Etudiants, Grand public, Ingénieur…)

Commentaire : Ce champ est subordonné au champ « Rédacteurs » car la nomination d’un nouveau rédacteur peut être accompagnée d’une évolution du public visé.

  • Liens institutionnels: académies, sociétés savantes, sociétés professionnelles, université, commercial…

Commentaire : On précise si le journal est l’organe d’une institution et/ou si le journal est lié à un éditeur commercial. En général, il n’y a qu’un lien mais peut-il y en avoir plusieurs ? A discuter, un journal de société qui serait aussi un journal édité par un imprimeur privé devient-il aussi un journal commercial ?

  • Noms des liens institutionnels

Commentaire : on liste les relations institutionnelles et commerciales.

  • Graveurs

Commentaires : cette proposition de champ a donné lieu à une discussion. On est sur la frontière du rapport intérêt/investissement de temps de travail. Les graveurs sont indiqués en général sur les pages de couvertures (pages qui sont souvent absentes dans les volumes reliés). Pour avoir une information fiable, il faut parcourir toute la collection, les graveurs changent souvent, semble-t-il, plus souvent que les éditeurs.

Ce champ n’est pas encore validé.

  • Editeurs/Imprimeurs/Libraires

Commentaire : on indique le ou les responsables de l’édition matérielle du journal. Il peut y en avoir plusieurs, en cas par exemple d’édition internationale.

  • Villes

Commentaire : on indique la domiciliation des imprimeurs/éditeurs/libraires déclarés dans le champ précédent. On établira les cartes à partir de ce champ.

  • Modèle matriciel. On indique les modèles revendiqués ou implicites du journal

Commentaires : ce lien servira à établir des traditions de style de journaux. Il est important de préciser si le modèle est explicitement revendiqué ou non.

Pour l’utilisation de cette notion dans le champ de l’histoire de la presse, voir Thomas Loué, La Revue, in Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Alain Vaillant et Marie-Eve Thérenty (sous la dir.), La Civilisation du Journal au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde, 333-357 qui décrit La Revue des deux mondes comme le modèle matriciel de la revue intellectuelle durant la seconde moitié du 19e siècle à Paris.

  • Formes éditoriales. On liste les rubriques particulières du genre questions/réponses, bulletin bibliographique, lettre de lecteur, …
  • Autant que possible faire une photo de la couverture.

Commentaire : c’est surtout pour l’édition de la base.

  • Le lieu où l’on ajoute tous les renseignements intéressants sur le journal, en particulier, le lieu de consultation, une bibliographie éventuelle, une particularité de la revue, le lieu des archives de la revue

Commentaire : Rien n’est obligatoire ; ce champ est un lieu de connaissances partagées.

Le processus d’alimentation et d’utilisation de la base (work flow)

Le principe est que tous les participants au projet saisissent a minima les journaux qu’ils ont l’intention d’étudier et de regarder dans les études de cas. Pour que la base ne soit pas trop biaisée, il faut aussi avoir le souci de repérer les journaux à destination des enseignants, des ingénieurs, des utilisateurs, les journaux de recherche. Il faudra aussi s’organiser pour saisir les journaux recensés dans les bibliographies et les index classiques. Chacun par ailleurs doit avoir accès à la base et pouvoir travailler avec, il doit donc être possible de l’extraire sous différents formats courants.

2015-06-10 – Workflow_Cirmath – Sanson Duran

Par ailleurs, pour la conservation de la base, il est indispensable de travailler avec des logiciels non-propriétaires.

On s’oriente vers une solution WEB qui permettrait donc une saisie en ligne (avec des formulaires confortables pour l’utilisateur) et d’autre part, des exportations simples.

Pierre Couchet propose d’organiser le processus autour du logiciel OMEKA (déjà utilisé aux Archives Poincaré).

Ce logiciel semble répondre aux exigences du projet. Pour la saisie (IMPORT), c’est certain puisque déjà testé dans le cadre d’autres projets. Il faut vérifier dans quelle mesure il est possible d’exporter la base en csv pour pouvoir travailler avec. Pierre Couchet est chargé d’approfondir cette question.

Quelques points de discussion

Renaud d’Enfert pose le problème de l’identification, au-delà des quelques revues qu’il connait ou qu’il est susceptible de repérer en fouillant sur internet ou dans l’historiographie, des revues d’enseignement qui rentreraient dans la catégorie « journal mathématique ». À la différence des revues de maths, il n’y a pas de répertoire du genre Jahrbuch.

Pour le cas de la France, une possibilité serait de se fier à l’index du répertoire de la presse d’éducation (plus de 2300 références), mais selon Renaud, un contrôle de l’indexation sera nécessaire compte tenu des critères de réalisation de la base de donnée.

La discussion fait apparaître que la principale voie pour compléter les annuaires qui laissent des “invisibles” passe de manière décisive par les intérêts, les connaissances des membres de Cirmath qui rempliront la base, d’où des biais. La réflexion à ce sujet ne fait que commencer. C’est un des objectifs du colloque de Nancy de réfléchir à des propositions “pragmatiques” pour négocier au mieux scientifiquement, en fonction du segment auquel chacun s’intéresse, certains de ces biais – de toutes manière, on admet tous sans problème qu’il y aura des lacunes.

De ce point de vue, même si ce n’était pas tout à fait clairement explicité dans le projet, la saisie par les membres du projet apparaît comme essentielle et ne peut guère être sous-traitée que ce soit en ayant recours à des vacataires, soit en récupérant de « vieilles » bases. Le/la post-doc aura dans ces tâches de saisir une partie des répertoires mais on ne peut pas non plus simplement se décharger de cette tâche sur une seule personne.

Le programme des colloques de Cirmath
  • Colloque de Nancy (3-4 novembre) – la base – lancement de la saisie de la base – se saisir de la base générale – projeter des bases plus précises sur des sous-populations – approches qualitatives/quantitatives
    Orateurs : Christophe Charle (contacté) et Claire Gantet (confirmée).
  • Semaine de travail à l’IML (été 2016) – décliner le local, régional et international. Axer sur les ressources de l’Institut Mittag-Leffler, donc surtout, 19e et 20e, les journaux mathématiques et les cercles des professionnels, les échelles internationales, nationales, locales.
    Le dossier de candidature est à déposer avant le 20 juillet (TA, JBB, JP).
  • Semaine de travail aux Treilles (2017) – Études de cas sur les circulations, organisation par demi-journées autour de petits exposés ciblés. Les cas de circulation d’acteurs, de contenus, d’éditeurs, les traductions. Chercher des exemples de cas aux antipodes les uns des autres pour jouer sur les échelles local/global et sur le long terme.
    Le dossier de candidature est à déposer avant le 06/09/2015 (HG, PN).
  • Colloque d’Orsay (hiver 2017) — Un colloque “ouvert” au-delà du groupe Cimath ; les orateurs seraient des membres de Cirmath (qui présenteraient leurs résultats) et les répondants des collègues extérieurs au groupe.
  • Colloque de Luxembourg – La Grande Région (2017)
  • Colloque de conclusions – Paris (2018)

 

Annexe 1 : Les questions que Yolima Alvarez Polo, Bertrand Eychenne et Asdrubal Moreno rencontrent dans leur travail sur los Anales de ingenieria.

Par rapport au projet Cirmath, nous continuons avec Yolima Alvarez et Asdrúbal Moreno de rassembler des données sur la revue de la Société Colombienne des Ingénieurs (Sociedad Colombiana de Ingenieros) qui s’appelle los Anales de ingenieria (les annales de l’ingénierie). Nous avons prévu d’étudier les volumes de 1 à 12 soit 142 numéros de 1887 à 1901 (date à laquelle la revue cesse de paraître jusqu’en 1905 à cause de la guerre des mille jours).

Les difficultés que nous avons pu rencontrer tiennent à la distinction des thèmes abordés. La plupart des articles concernent l’ingénierie et en particulier la construction des chemins de fer. Mais à l’intérieur de ce domaine apparaît une grande variété de thèmes : problèmes de mécanique ou de matériaux utilisés, problèmes de mathématiques appliquées pour le tracé des lignes, problèmes de terrassement, statistiques des réseaux ferroviaires d’autres pays, histoire des chemins de fer, problèmes de financement des travaux, etc.

Il nous semble aussi intéressant de distinguer indépendamment du thème abordé la nature de l’article : diffusion de connaissances, résolution d’un problème, information liée à l’actualité, lettre d’un lecteur, etc.

Les classifications des articles en rubriques et matières faites par la revue apportent des informations, mais ne sont guère éclairantes pour un lecteur moderne qui ferait des recherches dans la base de données.

Par rapport aux références, il est également possible de relever plusieurs niveaux : traduction littérale d’un article qui peut lui même comporter des références, résumé d’ouvrages ou d’une séries d’articles, article écrit pour la revue faisant référence à d’autres textes, etc. Peut-être convient-il de distinguer ces différents niveaux. La même remarque tient pour des références à des lieux ou des personnages.

Enfin, quelle langue sera utilisée dans la base de données ?

 

Annexe n°2 : L’appel à candidature du post-doc

Un post-doc (niveau Ingénieur d’étude) en Histoire des mathématiques est ouvert pour le 1er octobre 2015 dans le cadre du projet ANR « Circulations des mathématiques dans et par les journaux : histoire, territoires et publics » (Cirmath). La durée du contrat est de 30 mois et le poste est situé au Laboratoire d’histoire des sciences et de philosophie – archives Poincaré à Nancy.

Dans un premier temps, le candidat contribuera à la conception et la construction de la base des journaux mathématiques envisagée dans le projet Cirmath. Sa tâche principale sera ensuite de gérer cette base et d’animer le groupe de chercheurs qui alimenteront la base. Il devra par ailleurs faire preuve d’une certaine aptitude à interagir avec l’ingénieur informaticien du laboratoire lors de la conception de la base et pour la cartographie et l’analyse des données. Un peu de saisie à partir des catalogues existants est aussi à prévoir. Enfin le candidat s’intégrera dans le projet pour développer des études de cas.

La sélection du candidat s’effectuera sur dossier. La date limite de réception des dossiers est le 30 juin. Les résultats seront annoncés avant le 15 juillet. Le dossier (dématérialisé) devra a minima comporter un curriculum vitae et une attestation de thèse. Tout élément permettant d’apprécier la capacité du candidat à s’intégrer dans le projet Cirmath sera le bienvenu.

Pour des informations supplémentaires sur le projet Cirmath : http://cirmath.hypotheses.org/

Pour tout renseignement complémentaire et le dépôt des dossiers : Philippe.Nabonnand@univ-lorraine.fr

Annexe n° 3 : la présentation de la base de données dans le projet

La tâche 1 consiste à établir le corpus de journaux à étudier et à l’organiser en élaborant une base de données. Ce corpus sera essentiellement construit à partir des normes produites par et à travers les outils bibliographiques conçus par les mathématiciens professionnels du 19e siècle, c’est-à-dire des répertoires ou des catalogues établis par des mathématiciens à destination des mathématiciens. Nous constituerons donc une première version d’un corpus de référence à partir d’une utilisation critique des répertoires de journaux pour le 18e siècle, des catalogues bibliographiques usuels du 19e siècle (Répertoire bibliographiques des sciences mathématiques, Jahrbuch, Führer durch die mathematische Literatur mit besonderer Berücksichtigung der historisch wichtigen Schriften de Felix Müller, Poggendorff, Catalogue of scientific papers…) et des bulletins bibliographiques que certaines revues proposent régulièrement. Des travaux récents sur ces répertoires montrent que ce corpus ainsi constitué est légitime d’un point de vue historique puisqu’il réunit les périodiques auxquels les acteurs mathématiciens eux-mêmes se référaient, même s’il ne peut être considéré comme complet. Ce corpus est aussi adapté à notre objectif d’étudier les circulations dans leur diversité puisqu’il dépasse de manière conséquente le cadre des journaux mathématiques spécialisés. Pour autant, nos premières tentatives d’établir à partir de ces outils des descriptions d’offres éditoriales à des moments bien précis nous ont convaincus qu’il est nécessaire de le compléter car un certain nombre de revues restent invisibles en ne reprenant que les seuls outils des acteurs de la sphère des mathématiciens professionnels. Aussi, nous compléterons le corpus en consultant les revues professionnelles d’ingénieurs et d’enseignants qui comportent souvent des rubriques bibliographiques, les outils de bibliographie de l’époque (comme la bibliographie nationale française ou les catalogues des grandes bibliothèques) et contemporains (Les sources du travail bibliographique de Louise-Noëlle Malcles) sans négliger les bibliographies actuellement constituées par les historiens des mathématiques et des historiens des sciences et des techniques. Il conviendra aussi de recenser les journaux qui ont une durée de vie trop brève pour figurer dans les répertoires et les nombreuses revues locales qui y échappent de la même façon. Enfin, il sera nécessaire de tester la fiabilité de ce corpus par des coupes longitudinales et transversales (étude d’offres éditoriales à un moment et dans un lieu donné, études diachroniques de circulation d’un problème ou d’une question, stratégies d’auteurs – Tâches 2, 3, 4, 5).

À partir de la base de données, une première approche statistique et cartographique du corpus permettra de produire une typologie des centres éditoriaux. Cette typologie tiendra compte des données quantitatives, statistiques et qualitatives (nombre de journaux, présence d’imprimeurs, de lieux d’enseignement, d’académies, de sociétés savantes, etc.) mais aussi (à partir de sondages) des processus de circulation de formes journalistiques, de rédacteurs, de publics qui seront mis en lumière par l’étude des cartes.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *