Le projet de recherche de Maria Rosaria Enea à l’occasion d’un séjour de recherche d’un mois à l’Université de Lorraine

Présentation du projet de recherche de Maria Rosaria Enea à l’occasion d’un séjour de recherche d’un mois à l’Université de Lorraine.

 

Le séjour de recherche de Maria Rosaria Enea est envisagé dans le cadre de la dynamique de recherche du projet ANR Cirmath (porté par le Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie – Archives Poincaré). La contribution que nous attendons de notre collègue italienne est d’étudier le corpus des journaux mathématiques (au sens de périodiques publiant au moins une rubrique mathématique régulièrement) publiés à Naples.

En effet, l’objectif du projet Cirmath est d’étudier sur le temps long (fin du 17e-20e siècles) une histoire des circulations mathématiques en choisissant les journaux comme principal vecteur. En même temps que les contenus et les formes éditoriales des journaux, la recherche concernera leurs publics, les lecteurs qui, pour les mathématiques, sont souvent aussi des auteurs. L’étude multidimensionnelle (selon les variables de temps, de lieux, de sphères de publics) de la configuration de l’offre éditoriale en mathématiques sera donc le principal outil de reconstruction des processus de circulation de mathématiques qui seront repérés en suivant les trajectoires de problèmes, de résultats, de conjectures, de théories, de techniques, de pratiques, de méthodes, de questions pédagogiques…

La méthodologie adoptée pour le  projet Cirmath consiste à combiner une prise en compte du caractère massif du corpus par la construction d’une base de données (en cours), avec des études spécifiques centrées sur des territoires, des circulations et des transferts de contenus, des communautés de publics et des formes journalistiques.

La notion de centre éditorial sera au cœur de notre analyse puisqu’elle permet à la fois de rendre compte de la production matérielle des périodiques (imprimeurs, libraires, éditeurs) et des contextes scientifiques et académiques (lieux d’enseignements, sociétés savantes et professionnelles, milieux intéressés par des mathématiques…). À partir du deuxième semestre 2016, des études de cas seront consacrées à des centres éditoriaux choisis à partir de l’analyse des cartes obtenues à partir de la base de données et à des échelles différentes (locales, régionales, nationales, internationales). Pour mettre en œuvre une méthodologie comparative, nous devons mettre en place un cadre général pour ces études. Pour cela, nous avons besoin d’exemples à partir desquels nous proposerons aux membres du projet un certain nombre de consignes pour réaliser les études de cas des centres éditoriaux.

De ce point de vue, le premier recensement, établi par Maria Rosaria Enea, de la petite centaine de revues publiées à Naples laisse penser que le cas de Naples sera particulièrement séminal pour mettre en place une approche générale. Les revues sont variées tant par leurs formes, leurs éditeurs, leurs publics, leurs durées de vie. Le corpus est déjà conséquent sans être écrasant comme celui des revues publiées à Paris, Berlin ou Leipzig. Naples étant dans une position périphérique, les revues publiées dans cette ville ont le souci de rendre compte des nouvelles et des publications internationales, ce qui les rend particulièrement intéressantes du point de vue de la circulation des savoirs (mathématiques entre autres). Enfin, si nombre de ces revues sont estimées dans les mondes savants européens, si nombre des scientifiques opérant dans les milieux napolitains sont parties prenantes de réseaux italiens et européens, si les sociétés et académies napolitaines sont reconnues dans le champ académique, aucun, ni aucune n’est écrasant comme peut l’être Felix Klein à Leipzig à la fin du 19e, l’Académie royale des sciences à Paris au 18e ou encore le journal de Crelle à Berlin au cours du 19e siècle, ce qui garantit l’intérêt épistémique du corpus.

Un séjour comme professeure invitée permettra à Maria Rosaria Enea d’étudier finement son corpus et de prendre le recul méthodologique, en interaction avec le groupe de chercheurs qui animent le projet Cirmath, nécessaire pour mettre en place un cadre général d’approche des centres éditoriaux (du point de vue de l’édition des journaux mathématiques).

Some reflections on the Neapolitan periodical press

First half of the nineteenth century:

It is true that in the second half of the nineteenth century, and especially after the Unification of Italy, there was a significant increase of specialized periodicals, with particular reference to the scientific ones. But also in the first half of the century, and even in the last decades of the eighteenth century, there were a large number of publications in physics, mathematics, natural sciences and medicine.

Napoli did not remain out of this trend, although it is not comparable, as far as editorial quality and dimension of the phenomenon are concerned, to experiences like those developed in the Northern Italy. Nevertheless in Napoli there were already between seven and eight hundred important scientific journals.

Napoli was one of the cultural capitals of Italy: it was seat of the greatest university in the South, and there were many “scuole private” (the only case in Italy) with prestigious professors; schools that even had their « Bollettini ». In addition to well-known scientists, an intellectual class of technicians (architects, engineers,…) and teachers developed.

In the scientific field, the presence of important institutions may be underlined, such as Istituto di incoraggiamento alle scienze naturali, Accademia Pontaniana, Accademia delle scienze, Accademia degli aspiranti naturalisti, which published regularly “Atti” and “Rendiconti”.

In this context, during the early nineteenth century and until the Unification of Italy, editorial activities developed, linked to the periodical press that was quite important and large, even at a national level.

Among the scientific journals of this period we quote: “Il propagatore delle scienze naturali”, “Cimento”,  “Nuovi annali di scienze naturali“ and “Annali di fisica chimica e matematica”.

The “Annali scientifici. Giornale di scienze fisiche, mathematiche, agricoltura, industria”, founded in 1854 and directed by the mathematician V. Janni  and by N. Buondonno, had an important function. The program of this journal was to offer to intellectuals of the kingdom “an easy means to get in communication with all the erudites and industrious of the earth.”

Science was not absent from general scholarly journals which had the role to spread information, not limited to individual cultural sectors, such as the “Annali civili delle Due Sicilie”,  “ Il Lucifero. Giornale scientifico, letterario, artistico, agrario, industriale”, “Il Sibilo. Foglio periodico scientifico, letterario, artistico, agrario, industriale”and the “Antologia contemporanea. Giornale di scienze lettere ed arti”.

After the unification of Italy:

There are numerous episodes that prove the cultural renewal that started in Naples after Unification. The university reform of Francesco De Sanctis, the construction of libraries, laboratories and museums, the arrival of teachers who had been trained or taught in universities outside the kingdom (Bologna, Torino, Pavia, Pisa), contributed in particular to the revival of the scientific sector. Significant changes also occurred in other institutions such as the Academy of Sciences. In Naples a significant increase in scientific publishing is recorded.

Certainly no scientific publisher had the national importance of those of the North, but some like Pellerano and the Idelson had, in this period, an important function as a link with the academic world, with scientists and more generally with the professionals of the city. Among the journals published in Napoli, who played a leading role in national scientific debate, we quote Il Giornale di matematiche and Il Morgagni. Compared to the number of scientific journals published in Napoli at that time, they formed only the tip of the iceberg. In fact, many other scientific journals were published, in addition to the “Atti” of the great Academies and of  the Istituto di Incoraggiamento.