Colloque Olry Terquem (1782-1862) Science, érudition et sociabilité entre Metz et Paris

Salle Internationale

MSH Lorraine

91 avenue de la Libération

Nancy

6 septembre 2018

Groupe d’Histoire des Sciences d’Orsay – Archives Poincaré – Philosophie et Recherches sur Sciences et les Technologies – MSH Lorraine — Cirmath — Cirmath GR (projet Ariane du CPER Grand Est)

 

Olry Terquem

Natif de Metz, Olry Terquem (1782-1862) est une personnalité polymorphe du monde des mathématiques, au XIXe siècle. Homme des Lumières, il a tenté de réformer le judaïsme parallèlement à sa carrière d’homme de sciences. En mathématiques, il a publié de  » petits ouvrages », des mémoires et des traductions pour le premier journal de recherche mathématique français (Journal de mathématiques pures et appliquées, fondé en 1836 par Joseph LIOUVILLE (1809-1882), avant de co-fonder en 1842 les Nouvelles annales de mathématiques. À partir des années 1820, O. TERQUEM est incontournable dans le milieu mathématique parisien et entretient une correspondance actives avec de nombreux interlocuteurs dont Poncelet, Catalan…

En tant que bibliothécaire à la bibliothèque de l’artillerie de Vincennes, il a été un passeur entre les savants et les livres publiés en France ou à l’étranger. Ce colloque – à partir de différentes sources archivistiques – exposera différentes facettes de ce personnage oublié mais central dans la première moitié du XIXe siècle.

Ce colloque est un évènement associé des projets CIRMATH (ANR) et CIRMATH-GR (CPER) autour de la circulation des mathématiques, des journaux mathématiques. Il a pour visée d’impulser un groupe de travail consacré à la trajectoire d’Olry Terquem, à ces identités et à ces réseaux. L’objectif de ce groupe de travail sera d’écrire une monographie sur cet acteur important des mathématiques du 19e siècle et ses contextes.

Le programme et les résumés des interventions
10h 15-10h35            Introduction

Norbert Verdier (GHDSO)

10h35-11h20            La famille Terquem à Metz et les milieux juifs messins au 19e siècle

Claire Placial (Écritures)

Le but de cette communication sera d’abord de ressaisir la place d’Olry Terquem dans les milieux juifs messins, dans un premier temps en nous attardant sur son milieu familial et son éducation, puis sur son interaction avec les Juifs de Metz après son installation à Paris. Nous en viendrons ensuite, à partir de la base Hebraica Metz, à nous poser la question de la place de Terquem dans la production du livre hébraïque ou juif à Metz, à la fois en comptabilisant les ouvrages qui lui sont dus ainsi qu’à ses proches, et en montrant quels effets les écrits réformateurs de Terquem, essentiellement publiés à Paris, ont eu sur la production messine.

11h25-12h10                    Olry Terquem : un regard israélite sur l’Emancipation

                                                Philippe Landau (Consistoire de Paris)

Le mathématicien Olry Terquem, outre ses travaux scientifiques, occupe une place importante dans l’histoire de l’émancipation des Juifs de France durant la première moitié du XIXe siècle.
Cet érudit, issu du quartier juif de Metz et éduqué dans sa jeunesse selon les préceptes du judaïsme, se révèle être l’un des promoteurs de la « régénération » pour ses coreligionnaires au moment où la communauté israélite n’est pas encore préparée à l’entrée dans la modernité. Polyglotte et fin lettré, il va tenter de réformer le culte israélite et l’institution consistoriale. Pour lui, l’éducation de la jeunesse et des rabbins est un enjeu fondamental afin de réussir et de parfaire l’émancipation complète des israélites français.

Conscient très tôt de l’immobilisme de l’institution consistoriale, il s’efforce de lutter contre les traditions et les mentalités qu’il juge désuètes au moment où la communauté commence à se déliter. Mais face à la résistance des rabbins et des notables, le fougueux Terquem n’est pas prêt à faire des concessions. Par la plume, avec violence, il devient alors un polémiste incontrôlable sous le pseudonyme de Tsarphati (le Français), notamment avec les Lettres qu’il rédige entre 1821 et 1840 et dans lesquelles il propose des transformations radicales sur le rite, les coutumes et l’organisation religieuse.

Ses idées, trop en avance sur leur temps ou trop « révolutionnaires » ne seront pas entendues d’autant que le Consistoire israélite commence à se réformer lentement et que les Juifs s’intègrent peu à peu à la société au fil des décennies. Il n’empêche qu’il aura été un redoutable « régénérateur » dont certaines de ses idées seront retenues, en particulier l’éducation des filles et l’éducation profane pour les rabbins. Il aura été l’un des rares israélites français à comprendre que l’identité française n’excluait pas forcément les sentiments religieux. À ce titre, sa vie fut conforme à ses idées…

12h10-12h40                                                                             Discussion générale
 
14h-14h45                   Terquem mathématicien : l’exemple de la géométrie

                                                                  Jean Delcourt (AHP-PReST)

L’enthousiaste et infatigable Terquem (comme le qualifie Chasles) s’est toute sa vie occupé de mathématiques, entre autres choses. Un de ses domaines de prédilection, comme nous le verrons, fut la géométrie.  Terquem ne fait cependant pas partie de la liste des quelques 80 géomètres que Chasles met en avant dans son Rapport sur les progrès de la géométrie. Terquem est-il mathématicien ? Nous essaierons de répondre à cette question à l’aide de ses articles dans diverses revues et de ses autres écrits. Nous découvrirons en tout cas un savant au fait de toutes les recherches les plus actuelles dans l’Europe mathématique, infatigable et enthousiaste propagateur des mathématiques.

14h45-15h30             Un savant et un érudit : Terquem & J.-F. D. d’Attel de Luttange

Olivier Bruneau (AHP-PReST)

Jean-François Didier Attel de Luttange est un érudit vivant à Metz et Paris qui se pique à près de 50 ans de faire des mathématiques. Il devient donc quadrateur du cercle ! Produisant divers mémoires édités à compte d’auteur, il cherche à se faire (re)connaître par la communauté savante de son époque. Il envoie donc à Olry Terquem ses textes mathématiques. Du premier envoi jusqu’à la fin de la vie d’Attel, une correspondance entre les deux se poursuit. En vous appuyant sur celle-ci, nous mettrons en avant une des facettes de Terquem : son rôle de diffuseur des mathématiques et de conseil.

15h45-16h30 Les Nouvelles annales de mathématiques de Terquem (1842-1862)

Philippe Nabonnand & Laurent Rollet (AHP-PReST)

En 1842, Olry Terquem fonde avec Camille Gerono, les Nouvelles annales de mathématiques, un journal de mathématiques explicitement destinés aux candidats aux écoles polytechniques et normales. Les Nouvelles annales occuperont une place originale de journal intermédiaire pendant plus de quatre-vingt ans et serviront de matrice éditoriale à de nombreux autres journaux en France et en Europe. Terquem en sera le principal animateur et un contributeur conséquent jusqu’à son décès en 1862.

Nous situerons d’abord ce journal dans le paysage éditorial mathématique, puis nous étudierons la population des auteurs et donnerons quelques éléments de réponse à la question de savoir dans quelle mesure les Nouvelles annales atteignent leur cible pendant la période où elles sont connues sous le nom d’Annales de Terquem,

16h30-17h15     Le Bulletin de Terquem ou une entreprise bibliographique

Christian Gerini (GHDSO)

17h15-17h45…                                                                          Discussion générale