Séminaire Cirmath – retour sur la base des journaux mathématiques

Jeudi 18 octobre (10h – 16h 30)

Institut Henri Poincaré – Salle 01

 

L’intention de cette séance est de préciser quand est-ce qu’un journal d’ingénieur/journal militaire… peut/doit être considéré comme un
journal mathématique au sens de Cirmath, donc à retenir dans la version achevée de notre  base de données ? L’enjeu est d’importance puisqu’il s’agit d’assurer  nos données statistiques et cartographique.

La discussion sera introduite par Dominique Tournès qui analysera  le corpus des journaux d’ingénieurs et par Harald Kummerle qui reviendra sur celui  journaux japonais (19e-20e).

Pour préparer cette séance, une présentation du sous corpus des journaux « techniques ».

Dominique Tournès  (Université de la Réunion)

Que nous disent des mathématiques les journaux d’ingénieurs ?

À première vue, tous les journaux de sciences de l’ingénieur, civils ou militaires, et, plus généralement, de nombreuses revues techniques professionnelles contiennent des formules, des équations, des graphiques, des tableaux statistiques, des calculs et des raisonnements qu’on peut considérer comme relevant d’une activité mathématique. Faut-il pour autant les inclure tous dans la base de données de CIRMATH, au risque de déséquilibrer cette dernière et de biaiser les conclusions qui en seront tirées à terme ? À partir de l’analyse de quelques exemples significatifs, nous tenterons de définir des critères simples, quantitatifs et qualitatifs, en termes notamment de contenus, d’acteurs, de réseaux et d’institutions, pour sélectionner les revues qu’il serait raisonnable de conserver, soit parce qu’elles ont soulevé des problèmes originaux alimentant les recherches de la communauté mathématique, soit parce qu’elles ont contribué fortement à la formation mathématique de certains milieux professionnels, soit parce qu’elles ont fait circuler des mathématiques récentes conduisant à un renouvèlement des applications et des pratiques.



Harald Kummerle (Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg)

The journals of Japan: A try to give a representative view of a special case.

The results of my two-week research trip to Tokyo are already reflected in the Cirmath database. How to fit them together to obtain a larger picture is not straightforward, though, and in fact there are clear differences to all Western countries. Two important reasons can be given for this. Firstly, although Japan opened itself up to Western influences in the 1850ies, inside of Japan Westerners played only a marginal role in establishing the scientific institutions of mathematics. Secondly, there had been a rich mathematical tradition since long before that opening. Each of these two pecularities gives rise to a corresponding dynamic, and their entwinement has to be observed before a drastically changing social and economic background. But exactly by tracking this, the new data – which drastically changes the picture that is given at least in the Western-language literature – can be understood with more general heuristics, and, consequently, can serve to refine these heuristics.